accueil book accueil book portefolio actualités book

écrits

 

Deux petits fragments de textes ci-dessous...

 

et un choix plus copieux ici

 

Les éditions Isabelle Sauvage éditent mes textes: voir ici

 

à écouter: un extrait de ma lecture dans le cadre d'"Equivoxes" à Quimper en 2017 ici

 

 

 

Ordinaires (extrait)

 

On sort marcher dans les villes. On repère les cafés où se poser avec un carnet pour écrire — et finalement on n'écrit pas, on lit le journal, on regarde dehors comme un regret — les nuages, un oiseau, les jambes maigres des vieux, celles des petits enfants, petits pas, les traces de pluie sur les vitres. On voudrait passer un peu de temps en compagnie, comme si on était en train de devenir amis — pense à faire attention à toi — et finalement on écoute les conversations, des mots chacun pour soi, comme des fragments ajoutés au bruissement du monde — rumeurs, ce qu'on raconte — le repas du soir, les visages abîmés, des histoires d’enfants, l'argent qui manque et les amis qui tombent malades, une vie de matelas à terre, l'errance loin de chez soi, la voisine qui ne sort plus ses poubelles, celui qui hurle, habillé tout en noir, le chat écrasé et c'est bien triste, la peur sans cesse et comme tout est un peu chaotique, brouillé, le prix des pommes de terre et les obus, les gens morts de faim sur le bord de la route, celui qui écrit sur ses jambes et doucement une chanson et ce qu'on lit dans le journal. (...)

 

 

 

un beau jour — peu importe (extrait)

 

           (...) enfant

 

est né l'enfant inventé de celle qui ne voulait pas, est né malgré la déception qui rend folles et suicide, tant d'autres enfermées silencieuses — pâles

 

à peine-là, l'enfant — diaphane un temps encore — un temps

 

nous l'emmènerons en promenade, puis doucement s’asseoir, sans un mot, laisser sourdre entre nous, larmes aux yeux, le corps en équilibre sur le bord de la chaise, pâles — nous danserons — avec lui sans un mot, pâle et vivant — aux yeux gris si clairs — qui encore se retourne pour épier, tant la peau se souvient longtemps d'une caresse — nous irons au jardin avec lui, son silence, son inquiétude, ses yeux gris — nous resterons près de lui et les rides de vent sur l'eau, et les reflets des villes — et comme il nous porte, nous emporte